Parti Socialiste Boulogne-Billancourt
Parti Socialiste Boulogne-Billancourt

Pour que la directive de la honte ne soit pas adoptée ce Lundi 8 Décembre

Europe forteresseNous nous faisons ci-dessous l’écho d’une lettre de la CIMADE à laquelle nous nous associons, parce qu’une Europe forteresse ne la rendra pas plus forte, salira durablement son image et est contraire aux valeurs humanistes qu’elle doit selon nous véhiculer :

Cher-e-s ami-e-s,

Suite à de nombreuses demandes sur les possibilités d’actions individuelles contre le vote de la directive, nous vous transmettons ci-dessous, un message à envoyer à la présidence de l’Union Européenne :

Adresse pour l’ envoi du message : http://www.elysee.fr/ecrire

Copiez / Collez le message ci-dessous dans le formulaire :

Monsieur le Président de l’Union européenne
Président de la République française
Palais de l’Elysée
55, rue du faubourg Saint-Honoré
75008 Paris

Monsieur le Président,

Le ministre français de l’Immigration, M. Hortefeux, a annoncé à des parlementaires européens que la directive retour ‘ la « directive de la honte » – serait formellement adoptée par le Conseil des ministres de l’Union européenne le lundi 8 décembre 2008.

Cette directive, votée par le parlement européen le 18 juin dernier, a soulevé des protestations unanimes dans le monde : associations de défense des droits de l’Homme, syndicats, Eglises, responsables politiques, élus et même de nombreux chefs de gouvernement.

Parce que cette directive banaliserait l’enfermement voire l’internement des migrants en Europe, parce qu’elle donnerait une image détestable de l’Europe au reste du monde, et en particulier dans les pays d’origine des migrants, parce qu’elle ne ferait qu’ajouter de la souffrance et de l’injustice dans les déséquilibres actuels, cette directive doit être refusée.

En choisissant de prononcer son adoption la veille de la commémoration du 60e anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’Homme, la présidence française de l’Union européenne ajouterait une tache supplémentaire et un symbole déplorable au processus engagé par le parlement européen.

Nous vous demandons, Monsieur le Président, d’ordonner le report et l’abandon de cette directive.

Veuillez recevoir, Monsieur le Président, l’assurance de ma parfaite considération.

XXX

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *