Parti Socialiste Boulogne-Billancourt
Parti Socialiste Boulogne-Billancourt

Logement : une amélioration en trompe-l’oeil

Par Xavier DUPLAT, secrétaire de section

La réalité du logement apparaît contrastée. En effet, certains chiffres donneraient l’illusion d’une situation en constante amélioration, en regardant le statistiques logement fournies par le gouvernement. Pour exemple, entre 1984 et 2002, la surface moyenne des résidences principales est passée de 82 m² à 90 m². La surface moyenne par personne est passée de 31 m2 à 37 m2. Sur la même période, le nombre moyen de pièces par personne est passé de 1,4 à 1,7. Parallèlement, le confort a progressé : 2,6 % de logements en 2002 ne disposent pas d’eau chaude ou de sanitaires contre 15 % en 1984. C’est beau, mais ça ne tient pas compte d’un autre phénomène : les ménages en particulier les jeunes participent à un phénomène de rurbanisation et d’éloignement des lieux de travail parce que touché au premier chef par la hausse des prix du logement (tant à l’achat qu’à la location).

Pour cela une raison simple : la capacité d’investissement des primo-accédants : La superficie que les personnes qui achètent leur premier logement peuvent espérer acheter compte tenu de leurs revenus et du prix moyen de vente du m2 varie en effet de 24,8 m2 à Paris (!!!) à 120 m2 dans le Limousin. En France entière cette capacité d’achat moyenne fait apparaître une possibilité d’acquisition de 48,8 m2 en 2006. Mesurée rétrospectivement cette capacité s’élevait à 59 m2 en 2000. Les ménages français primo-accédants ont donc perdu une capacité d’achat de 10 m2 en 6 ans. Ils ont surtout des capacités d’acquérir des logements de superficie deux fois moindre que le reste de la population, et doivent se résoudre à acquérir des logements dans des zones moins attractives et plus éloignées de leur lieu de travail.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *