Parti Socialiste Boulogne-Billancourt
Parti Socialiste Boulogne-Billancourt

Le Gaullisme économique si proche de nous, si loin de l’idéologie libérale de Sarkozy


Dialogue De Gaulle – Peyrefitte sur la politique économique française

A l’issue du Conseil, je demande au Général s’il fera de la politique des revenus l’un des thèmes de sa prochaine conférence de presse.

Général de Gaulle : Ah oui, je serai amené à en parler, et à parler aussi du dirigisme et du capitalisme. Il y a le choix entre l’ancien capitalisme libéral, qui n’est plus possible et n’est plus accepté. Il était injuste, par conséquent il n’en faut plus. Le système communiste n’est pas bon, car il écrase la personne humaine, il étouffe la liberté, et il ne rend pas les gens heureux. Et, en outre, il retire au développement économique un élément qui lui est essentiel, qui s’appelle l’initiative libre, et qui disparaît si on élimine le profit. Par conséquent, il faut arriver à trouver un système social et économique qui ne soit ni le communisme, ni le capitalisme. Eh bien, nous y sommes, et nous avons commencé à le pratiquer : c’est la politique des revenus.

Quand nous avons créé la Sécurité sociale, nous avons fait de la politique des revenus. Quand nous faisons les allocations familiales, nous faisons de la politique des revenus. Quand nous distribuons de l’argent à l’agriculture, nous faisons une politique des revenus. Quand nous organisons les rémunérations dans les entreprises nationalisées, nous faisons une politique des revenus. Quand nous prélevons des impôts sur les sociétés, nous faisons une politique des revenus. Et ainsi de suite.

Alain Peyrefitte : Vous voulez que la politique des revenus soit intégrée au Plan, qui respecte les libertés individuelles, mais qui les oriente ?

Général de Gaulle : Il les oriente vers cette répartition du revenu national, ou du surplus du revenu national, entre les catégories sociales ; mais en outre, vers la distribution des revenus entre les diverses activités économiques. On peut donner plus à l’agriculture et moins l’industrie, ça dépend. Plus à la montagne, et moins à la région parisienne. Plus au logement et moins à l’Éducation nationale. Ou l’inverse. C’est ça, la politique des revenus. C’est ça, le dirigisme. C’est pas autre chose. Et c’est ce que nous avons adopté.

Alain Peyrefitte : Aucun pays du monde occidental ne pratique vraiment ce système.

Général de Gaulle : Ce n’est pas la première fois que la France montrera la voie.

Janvier 1965

Extrait de « C’était de Gaulle » par A. Peyrefitte

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *