Parti Socialiste Boulogne-Billancourt
Parti Socialiste Boulogne-Billancourt

12 000 enseignants en moins cette année : les impacts à Boulogne Billancourt

L’inspection d’académie vient de décider de la fermeture de 7 classes et l’ouverture de deux classes pour l’ensemble des écoles du premier degré public à Boulogne-Billancourt. Cette décision est prise sur la base d’une diminution générale du nombre d’enfants à scolariser en France et sur le département des Hauts-de-Seine.
Cette logique semble implacable : moins d’enfants = moins de classes mais cela correspond-il vraiment à la réalité ?

Intéressons nous pour commencer à la nature des classes qui sont fermées et à celle qui sont ouvertes. Il y a trois fermetures en élémentaire (Ancienne Mairie, Ferdinand Buisson B et Billancourt), quatre fermetures en maternelle (Ancienne Mairie, G & C Voisin, Lazare-Hoche et Point du Jour) et deux ouvertures en élémentaire (Ferdinand Buisson A et Centre Ville). Cela fait donc quatre fermetures franches en maternelle et une fermeture en élémentaire.

Regardons tout d’abord la situation pour les écoles élémentaires. On pourrait penser que cela correspond à une analyse fine de la population en age d’être scolarisée : les effectifs baissent quelque part et ils augmentent ailleurs. Les ouvertures et les fermetures seraient ainsi faites au plus proche du terrain. La réalité est tout autre.
La classe qui ferme à l’élémentaire Ancienne Mairie est une classe qui est actuellement hébergée par l’école J. Deray et qui sera rattachée à l’école du Centre-Ville à la rentrée. Donc l’ouverture au Centre-Ville et la fermeture à Ancienne Mairie ne sont pas basées sur des problèmes de variation d’effectifs mais sur un déplacement de classe.
L’ouverture d’une classe à Ferdinand Buisson A correspond à la création d’une structure : Classe à Horaire Aménagé Musique et Danse (CHAM, CHAD). Cette classe devait donc obligatoirement être ouverte. De plus cette classe nécessite des effectifs réduits et elle est contre balancée par la fermeture à Ferdinand Buisson B. Les effectifs moyens par classe vont donc augmenter.
Seule la fermeture de l’élémentaire Billancourt est liée à une réduction d’effectif.
En conclusion pour les élémentaires, les ouvertures ne sont faites que pour des raisons fonctionnelles et pas pour des raisons d’effectifs. Les fermetures quand à elles, induisent automatiquement des augmentations du nombre moyen d’élèves par classe.

Voyons maintenant la situation des maternelles. Une simple arithmétique donne des écoles avec plus de 28 élèves par classe. Cette simple arithmétique masque malgré tout la diversité des effectifs dans chaque niveau. On ne peut donc pas exclure des classes à plus de 30 enfants. En effet, contrairement aux écoles élémentaires où en faisant des classes à niveaux multiples, on peut « uniformiser » le nombre d’enfants par classe, en maternelle, même si cela reste théoriquement possible, il est difficile de mélanger des petits de 3 ans qui font encore la sieste avec des « grands » de 6 ans qui vont entrer en primaire.
Dans le préambule des nouveaux programmes de l’école primaire qui sont actuellement en discussion, il est rappelé que « son rôle n’en est devenu que plus déterminant dans la réussite des élèves jusqu’au terme de la scolarité obligatoire ». De plus, dans son bilan pour l’année 2007, le Haut Conseil de l’Education a souligné que l’école élémentaire ne remplissait plus complètement son rôle et a rappelé l’importance de l’école maternelle dans l’acquisition des apprentissages premiers. Des classes avec des effectifs supérieurs à 30 élèves seront-elles adaptées pour répondre aux exigences de qualité que nécessite l’école maternelle ?
Prenons pour terminer l’argument de la diminution des effectifs qui justifie les fermetures de classe. Cela est bien évidemment une réalité au niveau national et nous le reconnaissons, mais cette situation concerne-t-elle Boulogne-Billancourt ? En effet, la population sur la ville augmente et la construction d’un nouveau quartier situé sur les anciens terrains Renault donne des perspectives de 15 000 habitants supplémentaires. La fermeture de classes dans le premier degré ne va-t-elle pas à l’encontre de l’anticipation que ces arrivées importantes nécessitent ?

L’ensemble de ses fermetures semble donc plus être dans cette logique actuelle qu’a le gouvernement de casser le service public en général et le service d’éducation en particulier. Cela est de la même tendance que celle de la diminution des heures d’enseignement dans les collèges et les lycées.
Et ces fermetures de classes et cette augmentation du nombre d’enfants par classe est aussi une manière de dévier le rôle de la maternelle qui doit être le lieu des apprentissages premiers vers un rôle de garderie.

XA

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *