Parti Socialiste Boulogne-Billancourt
Parti Socialiste Boulogne-Billancourt

À l’initiative de Vincent Peillon, la Taxe Tobin revient au Parlement européen


Ce mercredi 2 septembre, au Parlement européen, Vincent Peillon a proposé l’instauration d’une « taxe Tobin verte », soutenu en cela par un grand nombre d’eurodéputés issus de toutes tendances (socialistes, verts, gauche radicale, libéraux et démocrates) ; le principe étant soumis au vote dès demain en commission du Développement.

Les négociations internationales en vue de la Conférence de Copenhague contre le changement climatique achoppent sur la question du financement de l’effort des pays en développement dont le coût est évalué entre 50 et 135 milliards de dollars par an. Moins de 500 millions de dollars ont pour l’instant été mis sur la table par les pays occidentaux, pourtant principaux producteurs de gaz à effet de serre.

Vincent Peillon, membre de la commission du Développement au Parlement européen, demande aux Etats et à la Commission européenne qu’ils prennent leurs responsabilités, mettant enfin leurs actes à la hauteur de leurs ambitions affichées, en s’engageant à défendre en décembre prochain à Copenhague la mise sur pied d’une taxe internationale sur les transactions financières dont les revenus seraient affectés aux besoins environnementaux des pays en développement : selon l’eurodéputé, « avec une taxe Tobin même limitée à un taux de 0,1%, nous pourrions déjà lever plus de 250 milliards de dollars par an pour lutter contre le réchauffement climatique, permettre à la moitié de l’humanité de continuer à se développer et initier une nouvelle ère de régulation du capitalisme global ».

Alors que les ministres des finances de l’UE se réunissaient aujourd’hui notamment autour de la question du financement de la lutte contre le changement climatique, la proposition de « taxe Tobin verte », si elle venait à être adoptée demain par le Parlement européen, serait un signal fort envoyé aux Etats et à la Commission, mais aussi à l’ensemble de nos interlocuteurs sur la scène internationale.

Signataires : Vincent Peillon, Kader Arif, Jean-Luc Bennahmias, Thijs Berman, Michael Cashman, Daniel Cohn-Bendit, Harlem Désir, Catherine Grèze, Eva Joly, Véronique de Keyser, Kartika Tamara Liotard, Miguel Angel Martinez, Proinsias de Rossa, Judith Sargentini, Marielle de Sarnez, David-Maria Sassoli, Bart Staes, Patrice Tirolien, Patrizia Toia, Catherine Trautmann.

Bilan des élections Européennes : discours de Martine Aubry


Chers Camarades,
Notre Parti a subi dimanche une importante défaite électorale. Nous devons en comprendre les causes et en tirer toutes les conséquences.
Je veux tout d’abord remercier tous les militants qui n’ont jamais baissé les bras dans une campagne qui n’était pas facile.
Je veux aussi féliciter nos camarades qui ont été élus dimanche. Ils sont moins nombreux que lors du mandat précédent.
Alors je leur dis, je leur demande : battez-vous deux fois plus.
Défendez au parlement les idées et les propositions que nous avons portées.
Soyez à la hauteur des espérances que nos électeurs ont placées en nous.
Soyez à l’écoute du peuple silencieux de dimanche dernier qui a aussi besoin de nous.
Je veux aussi penser à ceux qui n’ont pas été élus dimanche. Ils ont bien sûr tout mon soutien et mon amitié même si cela je le sais ne les consolera pas.
*
Oui, chers camarades, je le disais, nous avons le devoir de regarder en face la signification des résultats du scrutin de dimanche. Nous devons le faire avec lucidité et sang froid.
Rien ne servirait de minimiser l’ampleur de notre défaite en se référant à d’autres périodes plus douloureuses de notre histoire.
Rien ne servirait d’en relativiser l’importance. Bien sûr, la roue tourne, on le sait, l’UMP a perdu les élections européennes de 1999 et 2004, cela ne l’a pas empêchée d’être victorieuse en 2002 et 2007. Mais pour cela, il faut savoir rebondir.
(suite…)

Procurations

Si vous n’êtes pas à Boulogne-Billancourt le 7 Juin, que vous souhaitez votez, il existe une solution : la procuration et un numéro de téléphone : le nôtre au 01 46 04 59 07 ou une adresse mail: psboulognebillancourt@orange.fr.
Quoi qu’il en soit, votez le 7 Juin : notre numéro est le numéro 27 comme les 27 pays de l’union !

Un vote électronique bien malvenu

La décision a été prise : malgré notre mise en garde, le vote électronique est le choix finalement entériné pour l’élection des Européennes à Boulogne-Billancourt.
Nous le regrettons : 27 listes avec 26 noms chacune (13 titulaires, 13 suppléants) soit 702 noms, sans compter les logos et les noms de liste : ce sera assurément illisible sur l’espace dédié à l’interface de vote.
Notre maire Pierre-Christophe Baguet se défausse du choix effectué sur le préfet des Hauts de Seine (refus du vote papier), sous prétexte que les bulletins ne pouvaient être imprimés en temps et en heure. Il doit s’en prendre à son choix initial du vote électronique, qui assurément pour cette élection était un non sens.
Pourtant, le supplément de bulletins demandés est une goutte d’eau sur le total des bulletins à produire.
Pourtant, il restait Lundi, date de la décision, deux semaines pour les imprimer.
Pourtant, à quelques kilomètres, le préfet de Seine-Saint-Denis a pris une décision n’autorisant que le seul vote papier.
Pourtant, l’UMP fonde sa campagne sur le slogan “Quand l’Europe veut, l’Europe peut”. Boulogne-Billancourt ne fait donc pas parti de l’Europe ? Les slogans à l’UMP continueraient donc à n’avoir de vertu que la musique produite et non le sens ?
Ou doit-on en déduire que si on ne peut pas faire le vote papier, c’est qu’en définitive, sous le vocable “on aurait bien voulu mais …”, on ne voulait pas, et que, dans cette pièce à deux, le préfet jouait le rôle du méchant, Pierre-Christophe Baguet le rôle du gentil, dans un objectif final concerté : le maintien pour raison simplement économique du vote électronique, même au détriment des conditions démocratiques du scrutin?
Quelle qu’en soit la raison, le résultat est là : un vote dans de mauvaises conditions, pour un scrutin qui peine déjà à mobiliser.
Nous nous devons donc dans ces conditions de vous signaler que si, par le plus grand des hasards, le vote socialiste vous semblait le bon choix pour ces élections, il faudra retenir un numéro : le 27, dans la forêt de lettres et chiffres qui recouvriront le panneau de vote. Nous n’osons vous souhaiter un bon vote … mais votez le 7 Juin !

Xavier DUPLAT
Mandataire de la liste PS des Européennes à Boulogne-Billancourt

Une certaine vision de la démocratie

Une campagne électorale doit être le moyen offert aux citoyens de faire le choix entre des offres politiques concurrentes mais qui néanmoins doivent le faire dans le respect des règles légales.
Parmi celles-ci, tout d’abord le respect de l’espace urbain, afin d’éviter une concurrence qui dans l’escalade amèneraient la dégradation de votre environnement.
Ensuite, le respect des panneaux d’affichage, qui sont là pour assurer une visibilité à l’ensemble des listes présentes.
A priori, des listes ne l’ont pas intégré, celle de Dieudonné et de … l’UMP qui semble rêver d’une démocratie où l’UMP affronterait l’UMP. Prémonitoire ? D’autres appellent cela une dictature.
Voir les images qui suivent :
entree-kfc-21-mai-09
pic-0134pic-0135pic-0133