Parti Socialiste Boulogne-Billancourt
Parti Socialiste Boulogne-Billancourt

Remerciement aux Boulonnais

Je tiens à remercier au nom des socialistes de Boulogne-Billancourt les 11568 électeurs Boulonais qui ont fait confiance à la liste de Jean-Paul Huchon lors de ce deuxième tour. Avec un score de 38 %, le plus élevés depuis 30 ans, c’est un encouragement pour faire encore mieux dans notre travail à vos côtés.
Pour cela, Judith Shan, notre conseillère municipale sera aussi la seule conseillère régionale de Boulogne-Billancourt. Elle sera là pour vous représenter et faire en sorte que la région soit une main tendue pour les Boulonais qui souffrent le plus dans cette France en crise.
Vos votes, en plus d’une large victoire dans la région Ile de France, ont permis de mettre fin à la domination de l’état UMP dans les Haut-de-Seine, la liste de Jean-Paul Huchon y totalisant un score supérieur à 51 %. La défaite de Sarkozy dans son département symbolise plus que tout la demande de la population d’une autre politique, plus humaine, plus juste. Plus sincère aussi : les discours doivent recouvrir les actes, les lois ne doivent pas être des coups médiatiques mais une recherche approfondie et pérenne pour améliorer l’existant. Pour cela vitesse ne veut pas dire précipitation et génération de monceaux de lois sans décrets, inappliquées voire inapplicables. Une autre politique, c’est aussi une autre qualité de travail, où la démagogie ne l’emporte pas sur la réflexion et le goût du travail bien fait au service de la population. Nous devrons aussi nous en souvenirs dans les mois qui viennent lors de la préparation de notre projet pour la France.

Xavier DUPLAT
mandataire de la liste Huchon à Boulogne-Billancourt

MOBILISONS-NOUS LE 21 MARS


Laurent Wauquiez : «Dès ce soir, on entre dans la phase deux de l’élection, on va avoir une offre politique claire sans ‘combinazione’, celle de la majorité, et de l’autre côté des alliances de carpes et de lapins».

François Fillon : Soulignant que les listes UMP-NC avaient été ‘’unies dès le premier tour ‘’, il a estimé que « voter pour elles, c’est voter pour la clarté, c’est voter pour la transparence, c’est voter pour le rassemblement des Français au moment où la sortie de la crise économique et financière mondiale exige du sang-froid, du courage et surtout de l’unité ». ‘’Vous devez refuser ceux qui appellent à faire des régions des contre-pouvoirs », a-t-il affirmé. « Plus que jamais nous avons besoin d’une mobilisation générale de l’Etat et des régions pour relancer les investissements, pour protéger nos emplois, pour protéger notre agriculture, pour accélérer la révolution du développement durable parce que l’écologie n’est ni de gauche, ni de droite », a-t-il encore déclaré.

L’abstention, vrai sujet, mais faux prétexte de la droite

La droite tente de masquer sa lourde défaite en invoquant une abstention inégalée. Ça ne l’avait pourtant pas empêchée de pavoiser aux élections européennes alors même que l’abstention était de 9 points supérieurs en Ile-de-France.

Cette abstention doit constituer une véritable alerte démocratique pour les dirigeants que nous sommes. Mais elle est surtout la conséquence d’une campagne de diversions menée par l’UMP et par le gouvernement. Aucune campagne civique d’incitation au vote, ni d’information officielle expliquant l’importance des régions dans la vie des Français n’a été menée par le Gouvernement, contrairement à ce qui se fait traditionnellement pour toutes les autres élections. Le Président de la République, pourtant prompt à vampiriser les médias pour vendre son action, n’a pas jugé devoir informer les Français. La sanction tombe.

L’échec de la droite et de sa stratégie unitaire.

Se cachant derrière les chiffres de l’abstention, la majorité présidentielle semble ne pas avoir entendu le message du premier tour. Il faudra donc que les électeurs se mobilisent massivement au second tour et disent plus fort encore leur souhait d’avoir des Régions de gauche pour les protéger et les accompagner pour, qu’enfin, la droite écoute. Contrairement aux déclarations de ses responsables, l’UMP n’était pas unie au premier tour, mais bien seule. Et elle le restera au second tour. À force de mépriser les Français, le parti de Nicolas Sarkozy aura bien des difficultés à rassembler au-delà. Le score de la droite en Ile-de-France est historiquement bas. Rappelons qu’aux élections régionales de 2004, Jean-François Copé avait recueilli 40% des suffrages au second tour. L’absence de réserve de voix pour le second tour signe l’échec de la stratégie du parti unique, pudiquement rebaptisée démarche unitaire. Ce n’est pas de la clarté, c’est de l’isolement. Ce n’est pas de la transparence, c’est de l’aveuglement. Voilà à quoi mène la caporalisation menée depuis 3 ans par l’UMP! Le score de la droite est d’autant plus faible que 4 ministres en exercice et 2 anciens ministres étaient candidats dans notre région et ont utilisé tous les moyens médiatiques liés à leur fonction.

Une campagne électorale parasitée par les polémiques et les mensonges de la droite

En choisissant de lancer le débat délétère sur l’identité nationale et en instrumentalisant les questions de sécurité tout au long de la campagne, la majorité présidentielle a non seulement divisé les Français, mais a également redonné de l’espace au Front National et à ses idées. L’enjeu électoral a également été pollué par les polémiques, les mensonges et les attaques personnelles, dont celles concernant Ali Soumaré fut l’apogée. Le contexte de dénigrement systématique de l’action des collectivités locales au plus haut niveau de l’Etat n’a certainement pas contribué à motiver les électeurs.

La dynamique du rassemblement de toute la gauche autour de Jean-Paul Huchon

Ni ‘combinazione’, ni alliance contre nature comme voudraient le faire croire les caciques de l’UMP, notre union avec les partenaires d’Europe Ecologie et du Front de Gauche sera naturelle. Notre unité ne sera pas de façade. Ce processus de discussion et de rassemblement est des plus classiques au sein de la gauche. Nous avons travaillé ensemble pendant 12 ans pour faire de la Région Ile-de-France un espace de solidarité et de progrès ; et l’ensemble des discussions que nous avons pu avoir au cours des deux précédents mandats se sont toujours conclues positivement, dans l’intérêt des Franciliens. Tous les budgets ont ainsi été votés par la majorité régionale, y compris celui de Décembre 2009.

La diversité nourrit et fait avancer ; elle ne divise pas.

Nos convergences sont fortes et nos priorités se rejoignent : pour le logement social, pour des transports de qualité partout et pour tous, pour des politiques environnementales ambitieuses et solidaires, pour un accès aux soins ou encore pour l’apprentissage et la lutte contre le décrochage scolaire. Autant de sujets essentiels pour les Franciliens qui sont le ciment de notre rassemblement à gauche. Avec Cécile Duflot d’Europe Ecologie et Pierre Laurent du Front de Gauche, nous construisons une alliance sur nos projets, dans le respect des votes des électeurs, qui nous permettra, dimanche prochain de battre la droite. C’est ce que les Franciliens attendent de nous. C’est leur message et le rendez-vous qu’ils nous ont donné. Nous y serons.

JEAN-PAUL HUCHON ET MARTINE AUBRY AU CIRQUE D’HIVER


Chère Martine, Cher Bertrand, Chère Anne, Chers amis, Chers camarades,

Je suis particulièrement heureux de vous retrouver, à quelques heures du premier tour, avec toi, Martine, avec toi Bertrand, ici à Paris.

Ce soir, je veux m’exprimer devant vous, chers amis, vous qui avez mené campagne sans relâche depuis des mois pour convaincre les Franciliens de se mobiliser pour la gauche en Ile-de-France. Merci à vous pour votre engagement, votre dynamisme et votre envie. Si nous en sommes là, aujourd’hui, c’est grâce à vous. Il y avait longtemps que je n’avis pas connu une mobilisation pareille, un plaisir de se battre et d’être en campagne. Mais, ce soir, je veux aussi parler à ceux qui ne sont pas là, ces Franciliens que j’ai rencontré sur le terrain, lors de porte-à-porte, lors de réunions publiques et qui m’ont fait part de leur inquiétude et de leur colère. Les franciliens sont inquiets parce que la crise sociale est là et qu’elle frappe durement.
(suite…)

Robert Badinter à Antony le 11 mars 2010

Nom de l’évènement : Robert BADINTER, l’Ile-de-France à Gauche : un bouclier social
Date et heure de début : jeudi 11 mars, à 20:30
Date et heure de fin : jeudi 11 mars, à 22:30
Où : ANTONY (92) Ecole du Noyer-Doré 6 boulevard des Pyrénées